Etude BELTRIMS

Le registre BELTRIMS

Début 2014, le Groupe Belge d’Etude pour la Sclérose en Plaques (GBESP) a initié une étude prospective observationnelle multicentrique, destinée à collecter des données sur l’efficacité et les effets secondaires des nouvelles immunothérapies dans la sclérose en plaques.  Il s’agit par exemple de Gilenya® (fingolimod), Aubagio ® (teriflunomide), Tecfidera ® (dimethylfumaraat) et autres...
Ce registre s’appelle « BELTRIMS » pour BELgian Treatments In Multiple Sclerosis.

Quoique les nouveaux traitements fassent l’objet d’études pendant plusieurs années avant d’être mis sur le marché, il peut subsister des différences entre l’usage du médicament dans le cadre d’une étude (population sélectionnée, suivi limité dans le temps,..) et dans le cadre de la vie réelle.

Le rôle de ce registre est de collecter des informations concernant  le profil de la maladie des personnes traitées par les nouveaux traitements de la sclérose en plaques en Belgique ainsi que leur réponse au traitement et les éventuels effets secondaires.
Le but de cette étude observationnelle est de mieux comprendre quelles personnes répondent mieux ou moins bien au traitement, de détecter d’éventuelles interactions médicamenteuses et des effets secondaires éventuels non encore rencontrées dans les études précédentes, voire de déterminer si des personnes, ont, en raison d’autres pathologies concomitantes (comme par exemple un diabète..) plus de risque d’effet secondaire…. L’initiation d’un traitement et son suivi, de même que les « Serious Adverse Events » càd les effets secondaires importants et le suivi d’éventuelles grossesses sont les informations récoltées. Elles sont capitales pour l’évaluation de ces nouveaux traitements dans la vie réelle sur le long terme.

Cette étude épidémiologique est financée depuis le début par la Fondation Charcot. Le comité d’éthique central est celui de l’UZA, il a approuvé l’étude en date du 23/12/2013.
Un registre électronique permet aux neurologues participants d’encoder les données des patients ayant marqué leur accord via une connexion sécurisée. Il s’agit d’une initiative qui se veut indépendante des firmes pharmaceutiques. Les données obtenues seront analysées par un groupe de travail issu du GBESP à des fins scientifiques de publication.

Les informations obtenues grâce au registre BELTRIMS peuvent contribuer à une meilleure connaissance de l’utilisation des médicaments récents ou au développement d’un nouveau médicament pour le traitement de  la sclérose en plaques chez de futurs patients.